Voilà un bon mois que la fermeture a amené la plupart d’entre nous à remiser notre matériel en attendant la prochaine ouverture.

Pour autant ce n’est pas la morte saison pour l’association.

Pêches de travaux, puis pêches exceptionnelles pour la constitution du nouveau stock des géniteurs Fier-Filière, état des ventes de cartes, travaux à la pisciculture et, oui déjà, préparation de la prochaine AG de l’association.

Elle se déroulera le 23 février 2018 à 19h sur Annecy dans la salle municipale des Eaux et Forêts 113 boulevard du Fier en face du magasin Carrefour.

Puisque j’ai évoqué, un peu au-dessus, les géniteurs de nos cours d’eau, j’aimerais revenir un instant sur les choix de l’association.

On peut dire aujourd’hui que 3 modes de gestion s’offrent aux associations en fonction de l’état du cours d’eau.

  1. Bon état écologique.
    Rien n’empêche la truite d’effectuer l’intégralité de son cycle de vie. Naissance, grossissement, reproduction.
    Pas d’alevinage ni de déversement mais possibilité de parcours spécifiques avec justification. Une grande partie du linéaire que nous gérons est considérée en bon état  écologique.
  2. Etat perturbé.
    La truite ne peut effectuer la totalité de son cycle. Les causes sont variables et multiples…. Substrat non adapté pour la reproduction, température élevée l’été pouvant entraîner une forte mortalité des juvéniles par maladie….Alevinage de soutien possible. Déversement envisageable sous conditions. C’est la situation de certains cours d’eau notamment en aval de grandes zones urbaines ou de ruisseaux impactés par les activités humaines. Prélèvements, rejets.
  3. Etat dégradé.
    La truite ne peut être présente que de manière temporaire.
    Déversement possible à des fins halieutiques, création de parcours halieutiques…

Dans ce cadre qui est clairement défini par le PDPG (Plan Départemental de Protection et de Gestion piscicoles) et les PLG (Plan Local de Gestion piscicole) nous avons fait le choix de n’aleviner qu’avec la souche locale méditerranéenne et donc de disposer dans notre pisciculture de la Puya d’un stock de géniteurs capable de nous fournir des alevins nécessaires à notre gestion. Ce stock, constitué selon des modalités extrêmement précises et définies avec un généticien, doit être renouvelé tous les 3 ou 4 ans. C’est une opération assez lourde à mettre en œuvre qui devrait débuter dès la deuxième quinzaine de novembre et qui demandera l’aide de nombreux bénévoles. Si vous avez un peu de temps à consacrer à votre association vous serez toujours le bienvenu.

Besoin de bénévoles en novembre.
Contacter notre garde Yves Josserand au 06 81 74 54 28

Par ailleurs nous avons porté au vote lors de l’AG de février 2017 le passage de la taille limite à 30cm sur certains cours d’eau. Ce vote a été suivi du montage d’un dossier pour justifier notre demande auprès des services de l’état.

S’il s’était simplement agit d’une tocade du conseil d’administration la mesure n’aurait jamais été validée par le préfet via la DDT.

Nous avions demandé aux chargés d’étude de la fédération leur avis et ils avaient mené une étude sur le rapport entre la taille des truites et leur âge, puis sur l’âge de maturité des truites, pour les rivières concernées par notre projet. Leur rapport accompagnait notre demande au préfet.

Cette demande, outre le fait vérifié qu’elle ne devrait pas être de nature à créer un déséquilibre au sein de la structure de population de truites, offre l’avantage de permettre à la quasi-totalité du cheptel de se reproduire au moins une fois. À 25 cm environ 35% des poissons n’atteignaient pas le stade de la maturité.

À 25 cm environ 35% des poissons n’atteignaient pas le stade de la maturité.

Ce changement de la taille prendra effet en 2018 sur le Fier, la Filière, le Nom et les Usses dans leur totalité ainsi que sur l’Eau Morte depuis le pont Carrier jusqu’au lac d’Annecy.

Sur chacun de ces cours d’eau des pêches d’étude sont prévues annuellement. Elles permettront de s’assurer que la nouvelle mesure n’a pas d’incidence négative sur la population. Dans le cas contraire nous demanderions la levée de l’arrêté.

Des études sur plusieurs années pour s’assurer de la nouvelle mesure de taille à 30cm.

Je souhaite à chacun de bien terminer l’année, donne rendez-vous à ceux qui le pourront pour les pêches de géniteurs et pour les autres à l’Assemblée Générale.

Le président de l’AAPPMA
B.Genevois

Retrouvez la suite de la vidéo :