Ce soir je suis triste mais aussi en colère.

Triste, parce que des enfants qui se faisaient une joie de participer à une animation pêche, de pouvoir attraper une truite et la ramener fièrement chez eux vont en être privés.

En colère, parce que cette animation est annulée faute d’avoir obtenu de la commune riveraine du cours d’eau sur lequel l’action était programmée un accord écrit pour déverser les truites.

C’est vrai, nous ne disposons pas des baux de pêche sur le secteur qui devait accueillir les enfants, le dossier de demande est déposé mais il faudra un peu de temps pour qu’il puisse être traité. Un simple courrier donnant l’autorisation de déverser les truites aurait suffit. L’opération montée pour des enfants en vacances, pris en charge par un centre d’activités, se serait déroulée dans la joie et la bonne humeur.

Le président de la société locale qui s’était proposée pour animer cette action aura passé pas moins d’une vingtaine de coups de fils, renvoyé d’un service à un autre pour expliquer, demander, renouveler sa requête au gré des interlocuteurs….en vain.

L’autorisation tant attendue, espérée n’est jamais arrivée.

Pourquoi me direz-vous ?

Le regroupement de plusieurs communes en une tout simplement. Trouver le bon interlocuteur relève du parcours du combattant. Ce regroupement qui devrait simplifier les démarches (et y parviendra à terme espérons-le) alourdit tout pour l’instant.

Et aujourd’hui ce sont des enfants qui en font les frais.

Quel dommage !

Souhaitons que ce type de situation reste accidentel et qu’il ne devienne pas l’ordinaire, le quotidien !

Le président
B.Genevois